1 juin 2017

L'histoire sans fin.

Titre: L'histoire sans fin. 
Auteur: Michael Ende.
Edition: Hachette.
Pages: 518.

" Allongé dans le grenier poussiéreux de son école, Bastion s'évade entre les pages de sa dernière trouvaille: un vieux livre aux belles images, volé dans une boutique.
Il raconte une histoire pas comme les autres, une histoire sans fin, celle du Pays Fantastique où vivent des créatures étranges.
Elfes nocturnes et escargots de course, loups-garous et dragons sont menacés par un mal mystérieux qui efface tout sur son passage...
Bastien le comprend très vite: même Atréyu le héros sans peur qu'il aime tant, n'a pas la force d'arrêter le Néant.
Un seul être est capable de sauver le Pays Fantastique: un enfant des hommes, venu d'un univers au-delà des frontières...Un enfant qui n'est peut-être pas si loin que ça."

Hello amis Suricates!
Une amie m'a rappelée d'écrire un billet sur cet incroyable roman.
Qui est quand même un grand classique de la littérature de jeunesse. Et pourtant - attention le mauvais jeu de mots arrive dans 3-2-1 -, j'ai l'impression que ça notoriété est proche de sa fin, elle. Selon moi, il devrait être encore lu aux enfants, un chapitre avant de s'endormir pour rêver d'aventures épiques et traditionnelles. Lu par les adolescents en quête de soi et d'ailleurs. Lu pas les adultes pour déceler les trésors encore enfouis entre les lignes.
Cela dit grâce à la maison d'édition Hachette, le roman est revenue sur les étagères des librairies. Avec un travail de couverture digne de son histoire. Et l'intérieure est encore plus magique.

Ce roman initiatique est superbe, je l'ai lu tard - il y a à peine 2 ans -, pourtant, je suis certaine d'être passé à côté de beaucoup de choses tellement il est riche. Pour sa plume, pour son univers, ses messages, ses secrets.
Avec la récente édition d'Hachette, la mise en page et les illustrations offrent la juste valeur à cette histoire. On a vraiment l'impression de posséder - une version jeune, je l'accorde -, LE livre!

Je suis certaine que lorsqu'on vous dit "L'histoire sans fin", vous voyez l'image d'Atréyu et de Falkor (qui en réalité s'appelle Fuchur) du film de votre enfance. Sachez que ce n'est que la pointe émergée de l'iceberg du roman. L'histoire est bien, bien, bien plus profonde et dense. D'ailleurs, j'ai bien compris son titre. Malgré ses vingt-six chapitres, pour notre plus grand bonheur, nous sommes plongés dans un univers qui ne semble pas finir. 
Forêt luxuriante, désert de couleurs, ville fantôme, personnages uniques et atypiques, votre imagination en aura tout son soûl.

L'auteur, par sa plume, instaure deux parties bien distinctes à l'histoire. Celle où Bastien, protagoniste principal, suit les aventures d'Atréyu à travers les plaines du Pays Fantastique, qui essaye tant bien que mal de le sauver du Néant - partie que j'ai adoré pour le personnage d'Atréyu - et celle où il devient le héros du Pays fantastique - partie que j'ai adoré pour l'univers encore plus foisonnant -. Tout touchant que peut-être ce garçon, il mériterait qu'on le rappelle à l'ordre par moment. La quête sera plus complexe qu'il n'y paraît et le pouvoir de l'Auryn plus pesant, il lui faudra retrouver la raison, grâce à l'amitié et l'amour pour sauver la Petite Impératrice... et lui-même.
À travers cette histoire, on nous apprend à voir le beau et l’extraordinaire même dans les plus petits détails. C'est un roman initiatique qui bouleversera le héros autant que vous.

Le travail de plume le plus original de l'auteur est sans conteste la présentation de ses chapitres. Il m'a fallu être au quatrième pour constater qu'il commençait par la lettre appropriée de l'alphabet (a pour le premier, b pour le deuxième, ...) - d'où les vingt-six chapitres -. J'ai adoré.

Alors, si avec tout ceci, vous n'êtes pas encore convaincue par ce roman cultissime, je mange mon livre. 
Et puis sinon, le Pays Fantastique, la Petite Impératrice, Atréyu et tout cet univers grandiose finiront sans doute dans le Néant - voilà, ça sera de votre faute -.

À très vite.
Bisous d'ivoire.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire