14 nov. 2016

Le treizième conte

Titre: Le treizième conte.
Auteur: Diane Setterfield.
Edition: France Loisirs
Pages: 582.

"C'est à un voyage dans le passé, à la découverte de ses secrets, que Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du monde, convie sa jeune biographe, Margaret Lea. A travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres, et toutes plus ou moins sorties de son imagination, Vida s'est inventé plusieurs vie.
Des mystérieuses sœurs jumelles au destin funeste, un château délabré qu'on dit hanté et maudit par d'inconsolables deuils qui ont viré à la folie, une demeure détruite par un mystérieux incendie, de faux fantômes, de vrais cadavres, des secrets de familles plutôt glauques, des amours interdits, des naissances cachées tardivement révélées, des mensonges et des confessions... c'est à une véritable enquête que Margaret va devoir se livrer pour démêler, dans le récit de Vida, le vrai de l'imaginaire."


Salut les SuricatesImaginez-moi, en soirée, vivant seule pour la première fois, tournant en rond dans un appartement quasi-vide. Je me dirige maintenant vers ma bibliothèque - minuscule comparé à maintenant - pour choisir parmi mes fidèles compagnons une nouvelle aventure, une nouvelle histoire d'amour, de nouveaux mystères,... Mon regard fut accroché par ce titre. Je me rappelle, ma cousine me l'avait prêté à la suite d'une discussion autour de l'ambiance des sœurs Brontë. "Prends-le, m'a-t-elle dit, je suis certaine qu'il te plaira". Elle m'avait prêté un livre empoisonné - deux nuits blanches consécutives les Suricates, deux ! -. Ça s'est pour la petite histoire. Vous êtes prévenus de ce qui vous attend.

Amoureux d'histoires avec des fantômes du passé, celle-ci est pour vous.
On commence le récit doucement avec la rencontre de Margaret, jeune femme libraire amoureuse des mots, des livres, de leurs univers. Elle les feuillette, les entretient quand personne ne les lit. Ils sont sa bulle de protection, de réconfort.
Sa petite vie tranquille - monotone, je dirais - s'anime lorsqu'elle reçoit une lettre. Vida Winter, la plus énigmatique de tous les auteurs la convie pour être son biographe.
S'ensuit un dialogue entre deux femmes qu'un lien commun unit, à la découverte d'elles-mêmes, entre les dédales du réel et de l'imaginaire des secrets les plus sombres - à faire froid dans le dos - d'une famille bien étrange.

"Une bonne histoire est toujours plus séduisante qu'un éclat de vérité."

Les récits de Vida Winter imposent, sous la plume de l'auteur, une ambiance lourde propice à l'histoire. Ils seront vous tenir en alerte et vous empêcher de poser le livre. - deux nuits blanches je vous dis!! -.
Et à trop être le nez dans les bouquins, la littérature prend parfois le dessus sur notre perception de la réalité, l'imaginaire s'affole sans que vous vous en rendiez compte et Vida Winter arrivera à vous faire faire mille théories sur ces récits pour vous scotcher à la fin. 

"Tandis que, à demi-consciente, je commençais à formuler mes questions, la marge sembla s'élargir. Le papier vibrait de lumière. Se gonflant à l'infini, il finit par m'engloutir, jusqu'à ce que je comprenne, dans un mélange d'excitation et d'émerveillement, que j'étais prise dans le grain du papier, enfouie dans le coeur blanc de l'histoire elle-même. En état d'apesanteur, j'errai toute la nuit dans l'histoire de Miss Winter, retraçant ses paysages, délimitant ses contours et, debout sur la pointe des pieds, à ses marges, j'essayai de percer les mystères qui l'entouraient."

Au fil de la lecture, nous plongeons dans leur passé respectif - surtout dans celui de Vida, sinon ce n'est pas drôle - à la rencontre de personnages...très intéressant. Et n'ayez pas peur du petit malaise que certains pourront vous procurer à travers leur personnalité parfois inquiétante. 
Avec eux, à travers eux, nous cherchons à comprendre, à faire le lien. C'est eux qui détiennent les petits éléments cachés volontairement par Vida pour résoudre et comprendre cette histoire. Comme lorsqu'elle invente ses contes.
Et le brouillard du Yorkshire se lèvera sur une fin surprenante, s'achevant sur la délivrance du poids des mots et vous dévoilera enfin ce fameux treizième conte. - ça sera la récompense de vos heures de sommeil volées -.

Autant que vous le sachiez, l'ambiance que j'essaye de vous décrire n'est que la pointe émergée de cette histoire aux mots riches et lourds de sens. Impossible - et c'est voulu aussi - de vous en dire plus.

"Lire n'est pas sans danger."

Cette anecdote finale vous convaincra peut-être de ce bijou que renferme ce livre. J'ai voulu rendre à ma cousine son roman et quand elle a vu les sentiments que je dégageais résultat de cette lecture, elle me l'a carrément offert <3.

N'hésitez pas à partager vos insomnies avec moi ;).
Des bisous au chocolat chaud.

1 commentaire :

  1. Il faut qu'il y passe bientôt ! Tu m'as donné envie de me jeter dessus *_*
    Sans faute, il sera lu avant la fin d'année !

    RépondreSupprimer