19 sept. 2016

Praërie; Le monde des Sinks

Titre: Praërie; Le monde des Sinks. 
Auteur: Jean-luc Marcastel.
Edition: Scrimeo.
Pages: 446.

"En 1994, un centre de recherche est un village entier disparaissent mystérieusement dans une petite vallée du sud de la France, sans laisser de traces...
Vingt ans plus tard, le lieutenant Vincent Marty est envoyé sur les lieux dans le plus grand secret. Objectif: récupérer les travaux de ce laboratoire perdu...des travaux portant sur la miniaturisation.
Plus facile à dire qu'à faire, quand on vous réduit à la taille d'une fourmi et que vous disposez de seize heures pour vous frayer un chemin dans la plus impitoyable des jungles, hantée par des créatures cauchemardesques plus terrifiantes, voraces, rapides et meurtrières les unes que les autres...les insectes.
Là, au milieu d'un peuple d'humains microscopiques, Vincent découvrira un univers plus incroyable encore qu'un monde de fantasy. Une société violente, impitoyable, calquée sur le modèle du règne animal et des êtes déracinés qui trouveront avec lui le chemin de leur humanité."


Sachez que la tête et la bedaine - mon instinct de lectrice - m'envoyaient des signaux différents concernant ce livre. La tête me disant que le résumé était bien long, peut-être un peu trop, que je ne suis pas trop attirée par la science-fiction et que j'avais peur d'une plume au style "militaire". La bedaine quant à elle : " Achète ! Achète ! Ça a l'air trop toppisime ! Achète" - Des arguments non-discutables n'est-ce pas ? -. Résultat, toujours écouter la bedaine !


Le résumé cache bien son jeu et tel une jolie libellule n'y vous fiez pas - pas du tout O_o -. Enfin un univers différent et pourtant pas totalement inconnu, qui apparaît parmi les lectures "à la mode"!! Apprêtez-vous à une véritable surprise littéraire - et j'exagère à peine -.


Tel chéri j'ai rétréci les gosses, Jean-Luc Marcastel avec le pouvoir de ses mots, nous rapetisse pour n'être plus que de 5 mm et nous dévoile un monde bien plus cruel que nous l'aurions pu l'imaginer...celui des insectes - entomophobes, abstenez-vous ^^ -, ainsi que celui des Sinks. En même temps que Vincent, nous découvrons un univers complexe, développé, fourmi...euh pardon fourni en détails et pourtant tellement facile de s’approprier. L'auteur à le don de raconter
Il est simple pour nous lecteurs de se projeter le film, mais pour ma part, avec cette aventure, j'étais dans une salle de cinéma. Bluffant.

Dans cette prairie devenue jungle, nous faisons la rencontre de Lo'hiss, de Pyr et de Séfan ainsi que de ce peuple miniature qui désormais est plus proche de l'insecte que de l'homme et le mot d'ordre est survivre ! Ce qui crée une société oppressante dans un environnement stressant. À l'intérieur de cette société toute une hiérarchie et une mythologie est mise en place et je fus extrêmement impressionnée par le travail minutieux de l'auteur. - Et je ne vous dévoilerai même pas un petit bout d'antenne, pour que vous soyez à votre tour subjugués -.

Sans oublier de parler de ce panel de personnages variés qui donnent du corps à l'histoire. Attachants, détestables, mystérieux, courageux, plein d'humour,... Il y en a pour tout le monde. 

Ne perdez pas le rythme Suricates sans peur, car dehors se trouve bien pire. Le danger est tout autour de vous, tapi dans l'ombre ou camouflé. Pas le temps pour un pique-nique, l'action fusent de tous les côtés. L'insecte miniature devient créature titanesque parfois plus grosse qu'un éléphant à notre échelle. Encore une fois, la plume de Jean-Luc Marcastel est parfaite dans ses descriptions, elle sera vous faire frissonner, haleter, vous impressionner. 


Même si l'intrigue n'est pas difficile à percer - avait-elle ce but finalement ? - il n'en est pas moins que nous nous posons mille et une questions au fil des pages, qui se tournent encore et encore et encore. Pour arriver - Ta-da-daaaahhhh -, à un cliffhanger de folie!!! Alors petit conseil de Suricate avisé - mais frustré de ne pas l'avoir fait -, achetez le tome 2 en même temps.


Que puis-je dire d'autre ? J'aimerais que vous voyiez à travers ces lignes combien j'ai aimé m'évader avec cette aventure, à quel point je vous recommande chaudement ce roman dont on entend peu. 

Une dernière chose peut-être, le monde des Sinks est tellement riche qu'à la fin du roman une annexe belle et complète vous attend, elle documente avec brio ce peuple insectoïde. Parfait.

Oh petite note perso, Sink se prononce à la française, comme le chiffre cinq. Ne le dites pas comme moi, à l'anglaise haha.


Alors tenté par l'expérience de rétrécissement ? 

Bon, je reprends ma taille normale et je vous dis à très vite pour de nouvelles chroniques.
Des bisous mielleux.

Ps: le joli dessin de ma bedaine et moi a été fait par mon adorable coquelicot : Maureen, que vous pouvez retrouver sur son blog, celui d'un Poppy. Clic dessus ;)

4 commentaires :

  1. Coucou petit suricate !
    Alors je dois dire qu'entre toi et Lulu, j'étais assez instriguée par cette saga (duologie). En fait, à voir comme ça, un remake de Chéri j'ai rétrécie les gosses, ça ne me donnait pas du tout du tout envie. Mais bon, vous aviez l'air d'avoir tellement aimé... Du coup, j'entendais vos chroniques avec impatience pour en savoir plus. Moralité? L'histoire de Vincent me tente vraiment beaucoup, cette société dangereuses, des créatures surnaturelles (moi aussi je prononçais Sink à l'anglaise mdr)... ça me parle très bien et le sujet de rétrécissement a l'air d'être exploité de façon très originale. Je garde ce titre dans un coin de ma petite tête ! Une fois encore, merci beaucoup à toi et ta bedaine ma Sofie ! Bisouuuus <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est deja ma bedaine qui a initié Lulu hihi
      Sincèrement mise à part être rétrécie ça ne ressemble en aucun cas à chéri j'ai rétréci les gosses. Et pour reprendre tes mots oui c'est très bien travaillé 😁
      Tu veux bien me dire ou je me suis mal exprimé car il n'y a pas de créature surnaturelle vraiment pas.
      Juste un monde microscopique (les Sinks sont humains) et je ne voudrais pas qu'on croit ça.

      Haha je pense qu'on baigne dans la langue anglaise XD
      Ma bedaine et moi toujours là ton service hihi
      Des bisous

      Supprimer
  2. Comment veux tu que je le chronique moi aussi après ta chronique ? XD
    On sent tellement l'amour que tu porte à ce livre et à quel point tu as aimé ! (Et même si j'en suis qu'à la moitié je comprends !) Et si avec ça les gens n'ont pas envie de le lire et bien je ne sais pas ce qu'ils leur faut !

    Une chronique parfaite ma Sofie ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euuhhhh...je ne sais pas. Mais elle sont extra tes chroniques, j'en suis sur tu relèvera des choses que je n'ai pas dites ;).
      j'espère que ça sera le cas :D

      merci infiniment ma Luciole!!!

      Supprimer