18 janv. 2016

Les larmes rouges: Réminiscences.

Titre: Les larmes rouges, Tome 1: Réminiscences. 
Auteur: Georgia Caldera.
Edition: J'ai lu.
Pages: 768.



"Le temps n'est rien, il est des histoires qui traversent les siècles...

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s'y m'éprendre avec la réalité."


Salut les suricates gothiques - ouais, on se met dans l'ambiance -.
Cette fois-ci, ce sera une chronique particulière, avec une morale à la fin, qui dit que sortir de ses habitudes, sa zone de confort, ses sentiers battus,... Peu importe comment vous l'a nommez, ne tue personne! - Oh mince, du coup j'ai dit la morale, tant pis -.
Pour ma part, ce fut mon cas, non que je sois fermé à toute proposition, mais que je me dirige rarement vers ce genre de lecture. Alors en plus de l'enthousiasme de lire quelque chose que l'on m'a proposé - et offert, merci encore ma Lucille - j'ai eu le frisson d'une nouvelle expérience.
Et quel frisson! - Brrrr j'en ai encore rien qu'en écrivant l'article -.

Je ne tournerai pas autour du pot. Ce livre, je n'ai pas pu le lâcher durant deux jours! Ça m'a bouffé des heures de sommeil aussi. 

J'ai plongé dans ce monde addictif à l'aveugle, seulement guidé par les propos de Lucille. Dans l'univers de Georgia Caldera, qui, je vous le dis d'emblée et sombre, gothique, sanglant. Une plume forte, sûre d'elle qui rappelle bien les anciens récits de Bram Stroker ou d'Anne Rice. 


L'intrigue du livre apparaît directement dans les premières pages, ensuite il n'y a qu'à suivre le fil conducteur qui est très bien mené, je dois le dire, expliqué par un présent, des cauchemars "visions" et des cauchemars "souvenir". Je me demande à l'instant si savoir, avant le début de ma lecture, que c'était une trilogie m'a laissé patiente pour certaines questions?? - uhuh ouiiii bien sûr -. 

Georgia Caldera nous propose des personnages dignes de fan-club - Team Henri les filles!!!

Oh Henri,... Je vous avoue que j'ai commencé ce livre pour comprendre la bave dégoulinante de Lucille haha - maintenant, j'adhère son club, mouais, on ne se refait pas -. Henri est le personnage même qu'il faudrait fuir, mais que, bien sûr, nous ne faisons pas. Sombre, mystérieux, physique et attitude singulière, mais oh combien envoûtant

Et le deuxième personnage qui m'a frappé est naturellement Cornélia. Mais poser des mots sur ce personnage est compliqué. Elle est l'héroïne principale, jusque-là tout va bien, mais est-ce que ça vous est déjà arrivé de compatir avec un héros - sincèrement, ses moments de cauchemars sont plus qu'angoissant, suffocant - mais de vouloir le secouer tellement...raaahhh.

Voilà, ça, c'est mon sentiment pour elle haha. Mais je dois tirer mon chapeau pour l'auteure qui m'a bien fait rire en me rappelant qu'elle était maîtresse de son histoire, en me montrant que oui, elle aussi sait que Cornélia peut-être...bah, je vous le laisse découvrir en lisant "Les larmes rouges".
C'est grisant parfois d'avoir le héros principal pas si parfait.

Tout ça pour dire, que j'ai lu un roman avec un univers dont je n'ai - presque - pas l'habitude, mais qui m'a bien envoûté grâce à son écriture facile et précise, à son univers gothique et des temps anciens, à ses personnages uniques. Et que je n'ai qu'une hâte c'est de lire les suivants. Et que je n'en suis pas morte... enfin jusqu'à présent.

Merci encore ma Lucille pour ce partage. <3

Bisous sanglant les suricates.

6 commentaires :

  1. Je vois qu'on est d'accord! Ahah! Henri va devoir se diviser en trois maintenant! XD
    Comme tu le dis, on ne peux pas décrocher avant la fin. On devient accro. Et pour Cornélia, mille fois oui! J'avais envie de la secouer de la cogner contre les murs (bon, pas jusque là... Mais quand même). J'ai eut l'occasion d'en faire part à l'auteure et comme tu dis, rien n'est laissé au hasard. J'espère que tu apprécieras autant que nous les autres livres de Lady C.! Bisouuuus!

    RépondreSupprimer
  2. Ouf, mes pensées sont cohérentes, j'avais peur de ne pas me faire comprendre. Parce ce que ce n'est pas évident de dire qu'on a du mal avec quelqu'un mais qu'on ne la déteste pas et qu'on adore le roman...en fait, je viens de le faire, ahlala parfois je me complique la vie. le RAAAAAAHHHH CORNELIA sortait souvent moi haha.
    Vu le grand bruit pour les autres romans, je ne m'inquiète pas ;)
    J'aimerai bien la rencontrer une fois en salon, ce serait trop cool. bisous bisous

    RépondreSupprimer
  3. Comme je suis contente de lire ta chronique ma Sofie ! ^^

    Tu as su trouver les mots juste et l'on ressent très bien les émotions par lesquelles tu es passé ! ^^

    Maintenant je n'ai qu'une hâte : que tu finisse la saga haha ^^

    Je suis heureuse de t'avoir fait découvrir Georgia Caldera, de t'avoir ouvert la porte sur un nouveau monde et que la ballade t'ai plus autant qu'à moi bien entendu ! :D

    Pour le reste, oui... oui... oui tout le monde... si il y a Henri je bave *_* (que l'on m'apporte un seau y'en a partout :p) pour toute demande d'inscription au fan club se renseigné chez moi-même haha xD
    Puis Cornélia... des coups de pieds aux fesses qu'elle mériterait ! Mais tu n'es pas au bout de tes surprises ;)

    Pleins de poutous ma Sofie chérie <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si ma chronique t'a plu, je suis comblée.
      Il est clair que je ne pourrais pas abandonner sur le bord du chemin cette saga.
      Merci encore ma Lucille! (je pense qu'on devrait faire comme pour les gros mots, un pot à remplir à chaque fois que l'on se remercie haha).

      Des bisous!!!

      Supprimer
    2. Haha j'adore l'idée et on devrait ajouter les fois où on dit "j'ai hâte" xD et on deviendrait riche ! XD

      Supprimer